Tout le monde connait les bienfaits de l’activité physique sur notre santé et moral.

Que vous soyez diabétique de type 1 ou 2, l’activité physique fait partie du traitement au même titre que les traitements médicamenteux et l’alimentation.

Activité physique ne veut pas dire obligatoirement sport. Il s’agit plutôt de « bouger ».

Lors de l’activité physique, les muscles utilisent le sucre pour en tirer de l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Sont alors consommés la réserve du sucre dans le foie, puis le sucre présent dans le sang et enfin les réserves de graisses. Aussi l’activité physique entraîne une diminution de la glycémie qui se poursuit dans les heures qui suivent l’effort.

Pratiquer une activité physique RÉGULIÈRE entraîne une meilleure sensibilité à l’insuline, ce qui améliore le passage du glucose dans les muscles et permet de diminuer les doses d’insulines.

En pratique :

  • avant de reprendre une activité physique régulière, il est important d’en informer le médecin. Il pourra vous conseiller et réaliser un bilan médical.
  • avant la pratique de l’activité physique, il faut adapter son alimentation, contrôler sa glycémie, diminuer la dose d’insuline
  • au cours de l’activité physique : avoir toujours sur soi des sucres, ne pas faire l’activité physique à jeun, boire régulièrement
  • après l’activité physique, vous pouvez être en HYPERGLYCÉMIE. Comment ? Par le stress et la sécrétion d’hormones que cela  occasionne. Cette hyperglycémie peut se prolonger 1 à 2 heures après l’effort. Dans ce cas, faites votre glycémie 1 à 2 h après l’exercice. Par le manque d’insuline, avant l’exercice, qui aggravera l’hyperglycémie : c’est pour cela qu’il vaut mieux ne pas faire d’exercice si votre glycémie est supérieure à 2,75g/l et si il y a de l’acétone dans les urines.

  ATTENTION ! si vous êtes en hyperglycémie tout de suite après l’effort, surveillez votre glycémie, car vous risquez de faire une hypo dans les heures qui suivent.

 Votre glycémie peut aussi descendre …trop bas : c’est l’HYPOGLYCEMIE. Pour l’éviter, que faire ?…Vérifier sa glycémie avant et après (et pendant) l’activité. Faire une collation 30mn avant, si besoin. Avoir toujours 3 sucres sur soi en cas de malaise hypo. Choisir le bon moment de l’activité :1 heure après un repas (évitez avant le repas de midi ). Le repas après l’effort, prenez des sucres complexes et des protéines (pour reconstituer les réserves de votre foie). Adaptez votre dose d’insuline au moment de l’effort  et à l’injection suivante (modifiez le site d’injection en fonction du sport pratiqué pour éviter d’injecter dans le muscle sollicité par l’effort)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s